Before you continue

To give you the best possible experience please select your preference.

Enreach

Interopérabilité : Clé de voûte pour l'efficacité des systèmes d'information modernes

15 avr. 2023

Qu’est-ce que l’interopérabilité et comment transforme-t-elle les systèmes informatiques modernes? Cet article vous guide à travers l’importance de la capacité des systèmes à communiquer entre eux, le rôle crucial que l’interopérabilité joue dans l’efficacité des services, et les défis techniques et réglementaires à surmonter, spécifiquement dans le cadre européen de la coopération numérique et de l’interopérabilité.

Points Clés

  • L’interopérabilité est fondamentale pour la communication et la collaboration entre les différents systèmes informatiques européens, améliorant ainsi les services publics et le marché unique numérique.

  • La mise en œuvre de l’interopérabilité pose des défis techniques, culturels et juridiques, exigeant la standardisation des protocoles et une attention particulière à la diversité linguistique et culturelle en Europe.

  • Un cadre juridique harmonisé, le respect de la protection de la vie privée et l’utilisation de technologies telles que les API et l’intelligence artificielle sont essentiels pour favoriser l’interopérabilité en Europe.

 

-> En découvrir plus sur l'interopérabilité Enreach

 

Interopérabilité : Fondement des systèmes informatiques européens

Illustration de divers systèmes informatiques interconnectés

L’interopérabilité est la capacité des systèmes ou des organisations à coopérer pour poursuivre des objectifs communs. En d’autres termes, elle est la pierre angulaire qui permet à deux systèmes de communiquer, d’échanger des informations et de travailler ensemble de manière cohérente. Pour y parvenir, l’appui sur des protocoles, des normes et des standards ouverts existants, ou des développements sur-mesure est nécessaire. Ainsi, les solutions logicielles interopérables sont capables de s’intégrer et de communiquer avec d’autres systèmes indépendants sans restriction d’accès ou de mise en œuvre.

L’interopérabilité est d’une grande importance, en particulier dans le contexte européen, où les systèmes informatiques des différents États membres doivent travailler ensemble pour atteindre les objectifs de la communauté. Elle est le principe de subsidiarité qui permet de tirer le meilleur parti de la diversité linguistique et culturelle de l’Europe, tout en garantissant un accès fluide et sans entrave aux services publics et au marché unique numérique.

Importance pour les administrations publiques

Pour les administrations publiques, l’interopérabilité est plus qu’un simple avantage technologique. C’est une nécessité qui permet d’améliorer leurs services et la gestion des données. Imaginez une administration où les différents départements peuvent échanger des informations de confiance et offrir des services sans heurts entre secteurs et frontières. Il ne s’agit pas seulement d’une meilleure gestion des données, mais aussi d’une meilleure expérience pour le citoyen, qui se traduit par des économies de temps et de coûts.

Cependant, une absence d’interopérabilité peut entraver la fourniture efficace des services publics européens, affectant négativement les citoyens et les entreprises sur chaque page.

C’est pourquoi l’interopérabilité est si importante pour les administrations publiques :

  • elle permet une coopération sans faille

  • elle permet une meilleure gestion des services

  • elle contribue ainsi à la réalisation des objectifs de l’administration.

Avantages pour le marché unique numérique

Au-delà des administrations publiques, l’interopérabilité joue également un rôle crucial dans le soutien du marché unique numérique européen. L’objectif de l’ESAP (European Single Access Point) est de contribuer à l’intégration des services financiers et des marchés de capitaux dans le marché unique, en éliminant les obstacles à la circulation de l’information au sein de l’Union européenne. Cela signifie que grâce à l’interopérabilité, les entreprises et les citoyens peuvent accéder à une multitude de services numériques, indépendamment de leur emplacement géographique au sein de l’UE.

Selon le TFEU (Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne), l’Union européenne a la compétence pour mettre en œuvre des dispositions favorisant la mise en place et le fonctionnement du marché intérieur, ce qui se traduit par des initiatives telles que l’ESAP qui promeuvent l’interopérabilité. En somme, l’interopérabilité est non seulement une nécessité technologique, mais aussi une exigence juridique et économique pour le bon fonctionnement du marché unique numérique.

Les défis de la mise en œuvre de l'interopérabilité

Illustration des défis de la mise en œuvre de l'interopérabilité

Bien que l’interopérabilité offre de nombreux avantages, sa mise en œuvre n’est pas sans défis. Ces défis vont de la gouvernance à l’intégration de systèmes interopérables. Par exemple, une vision et des objectifs stratégiques clairement définis sont essentiels pour surmonter les obstacles à l’interopérabilité. De plus, il est crucial de promouvoir une culture organisationnelle qui favorise la collaboration inter-départementale pour réussir l’interopérabilité.

D’un point de vue technique, l’harmonisation des systèmes informatiques existants pose des défis majeurs en raison de leur hétérogénéité et des anciennes technologies souvent en place. Le recours à des standards ouverts et à des interfaces de programmation d’applications (API) est nécessaire pour faciliter l’intégration système. En outre, une coordination efficace avec les fournisseurs de systèmes informatiques est indispensable pour garantir une mise en œuvre réussie. Enfin, le manque de compétences techniques chez les employés constitue un obstacle majeur à l’interopérabilité, nécessitant des programmes de formation spécifiques.

Différences linguistiques et culturelles

L’un des défis majeurs de l’interopérabilité en Europe réside dans les différences linguistiques et culturelles. En effet, la diversité des langues et des cultures en Europe nécessite des systèmes capables de comprendre et de traiter l’information dans ces contextes variés. Par exemple, les défis liés au multilinguisme deviennent apparents lorsque des informations sont échangées entre les administrations publiques des différents États membres, reflétant des obstacles organisationnels et culturels.

Pour surmonter ces obstacles, la compétence interculturelle est essentielle. Elle permet aux personnes de différentes cultures d’interagir avec succès grâce à une meilleure compréhension et adaptation aux différences culturelles. De plus, l’interopérabilité culturelle cherche à promouvoir la coopération entre pays aux cultures variées, où une langue commune peut jouer un rôle fédérateur et améliorer significativement la qualité des interactions.

Complexité technique et compatibilité des équipements

En plus des défis culturels et linguistiques, la complexité technique et la compatibilité des équipements constituent également un défi majeur pour l’interopérabilité. Par exemple, harmoniser les différents protocoles techniques et standards utilisés par les systèmes informatiques existants peut s’avérer complexe. De plus, l’interopérabilité technique implique des protocoles de télécommunication spécifiques, la gestion des données et l’utilisation d’architectures orientées services telles que REST et SOAP.

Pour atteindre une interopérabilité technique, il est essentiel que les systèmes puissent communiquer et échanger des données sur la base de standards d’interface bien définis et largement adoptés. Dans ce contexte, des initiatives cherchent à améliorer la matière d’interopérabilité en ajoutant et en adaptant les services des systèmes de manière dynamique, en s’appuyant sur des langages de reconfiguration et des outils.

Le cadre juridique de l'interopérabilité dans l'UE

Si l’interopérabilité présente des défis techniques, elle est également encadrée par un cadre juridique. En effet, le règlement de l’Union européenne vise à renforcer l’interopérabilité et la coopération entre les administrations publiques de l’UE. Cependant, les différences législatives entre les États membres de l’Union européenne peuvent constituer un frein aux échanges d’informations transfrontaliers et affecter l’interopérabilité des services publics.

En outre, il existe un manque flagrant d’infrastructures, d’architectures et de directives techniques harmonisées au niveau européen, ce qui nuit à l’interopérabilité transfrontalière. C’est pourquoi l’interopérabilité doit être envisagée non seulement comme un enjeu technique, mais aussi comme un enjeu légal et politique, en particulier dans le contexte des bases de données de la justice et des affaires intérieures européennes.

Rôle du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne

Le Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE) joue un rôle clé dans l’interopérabilité au sein de l’UE. En effet, il constitue la base légale qui soutient et promeut l’interopérabilité. Par exemple, le TFUE comprend des dispositions pour le marché intérieur qui préconisent l’élimination des obstacles à la libre circulation des informations, soutenant ainsi l’interopérabilité des systèmes d’information.

De plus, l’Union européenne a introduit la stratégie pour un marché unique numérique afin de rendre l’économie européenne plus compétitive et d’encourager les initiatives d’interopérabilité. Ainsi, des législations comme la directive INSPIRE et le règlement eIDAS ont été mises en place pour renforcer l’interopérabilité entre les États membres.

Certification et normes communes

Dans le cadre juridique de l’interopérabilité, la certification et les normes communes jouent un rôle essentiel. Par exemple, des normes techniques comme CCM, EJB et .Net facilitent l’interopérabilité en fournissant un ensemble limité de services systèmes. De plus, la norme technique est un facteur prédominant pour l’interopérabilité de l’administration électronique, essentielle pour l’intégration et l’efficacité des services publics.

Pour garantir l’interopérabilité, l’UE aspire à établir un schéma de conformité visant à produire des résultats de tests cohérents entre différents laboratoires et à délivrer des certificats fiables. Par exemple, la Commission Européenne envisage de consacrer jusqu’à 1 million d’EUR du budget de l’UE pour la mise en œuvre d’un schéma d’évaluation de la conformité en matière d’interopérabilité eHealth.

Interopérabilité et protection de la vie privée

L’interopérabilité, bien que bénéfique, doit être mise en œuvre de manière à respecter la vie privée des individus. En effet, la technique d’interopérabilité doit être encadrée de façon sécurisée et juridiquement conforme aux principes de la protection de la vie privée. Des principes protecteurs de la vie privée des usagers établis par la CNIL sont en place pour régir l’administration électronique.

Cependant, la généralisation de l’interopérabilité suscite des craintes telles que la création d’un État omniscient et le risque de rapprochements abusifs de données. C’est la raison pour laquelle le Conseil constitutionnel a examiné si le respect de la vie privée des utilisateurs était garanti lors de la mise en place de dispositifs tels que la carte SESAM-Vitale. Cet examen était nécessaire pour assurer la protection des données personnelles. En effet, les niveaux de sécurité pour l’identification des usagers en administration électronique incluent l’anonymat, l’identification simple et l’authentification forte.

Principes de confidentialité et régulations

Les régulations et les principes de confidentialité jouent un rôle crucial dans l’encadrement de l’interopérabilité. Par exemple, le Contrôleur européen de la protection des données a souligné l’importance de respecter les principes de protection des données dans l’interopérabilité des bases de données européennes de justice et des affaires intérieures. De plus, la conception de nouvelles politiques pour l’interopérabilité des bases de données en Europe doit renouveler l’attention aux principes principaux de protection des données en réponse aux risques accrus pour les citoyens.

Dans le même ordre d’idées, l’accès au Système National des Données de Santé (SNDS) est contrôlé par la CNIL, qui autorise l’utilisation des données pour des projets d’intérêt public. Par conséquent, l’interopérabilité des bases de données européennes nécessite une intégration attentive des principes de protection des données personnelles pour maintenir la confidentialité et la sécurité.

Gestion sécurisée des fichiers et informations

La gestion sécurisée des fichiers et des informations est un autre aspect crucial de l’interopérabilité. L’ESAP, par exemple, repose sur une politique de sécurité informatique efficace et proportionnée pour garantir:

  • l’authenticité

  • la disponibilité

  • l’intégrité

  • la non-répudiation des informations accessibles.

De plus, les données du SNDS sont pseudonymisées pour préserver la confidentialité tout en permettant leur traçabilité et contrôle, contribuant à la sécurité et l’intégrité des données utilisées pour la prise de décision en santé.

En outre, la mise à jour régulière des systèmes IAM pour supporter les standards émergents assure l’adaptabilité et maintient l’interopérabilité. Enfin, les API permettent aux systèmes et programmes de collaborer avec le logiciel de Gestion Électronique des Documents indépendamment de la compatibilité de leur langage de programmation respectif. Ainsi, une surveillance continue et des mises à jour proactives sont essentielles pour assurer que les systèmes logiciels restent compatibles dans des conditions variables.

 

-> En découvrir plus sur l'interopérabilité Enreach

 

Interopérabilité au service de la santé

Illustration de la coordination des soins de santé grâce à l'interopérabilité

L’interopérabilité a également un impact significatif sur le secteur de la santé. En effet, elle permet:

  • une meilleure coordination des soins

  • aide à réduire les erreurs médicales en offrant un accès aux antécédents médicaux complets des patients

  • une circulation des données médicales de manière fluide et sécurisée

  • contribue à une meilleure coordination des soins et à la continuité des traitements.

Pour soutenir l’interopérabilité dans le domaine de la santé, la Commission européenne soutient l’établissement d’un schéma de conformité européen qui favorisera une adoption plus large de l’interopérabilité eHealth sur les marchés européens. En effet, un schéma de conformité est en développement pour permettre aux entités de produits de santé d’évaluer leurs services par rapport aux normes et profils reconnus dans le cadre européen d’interopérabilité eHealth (eEIF). L’objectif de ce schéma de conformité est de maintenir et de développer l’adhérence aux standards et spécifications eHealth, et de faciliter les projets eHealth transfrontaliers, nationaux et régionaux.

 

-> En découvrir plus sur l'interopérabilité Enreach

 

Technologies et outils favorisant l'interopérabilité

Illustration des technologies favorisant l'interopérabilité

Les technologies et les outils jouent également un rôle crucial pour favoriser l’interopérabilité. Par exemple, les interfaces de programmation (API) sont essentielles à l’interopérabilité informatique, permettant la communication entre diverses ressources informatiques. De plus, l’intégration d’API favorise un environnement cohérent et interopérable, facilitant les connexions entre les systèmes IAM et d’autres composants logiciels.

De plus, le modèle de maturité de l’interopérabilité est un outil en ligne conçu pour évaluer la maturité de l’interopérabilité dans les services publics, crucial pour les administrations publiques pour interagir et partager des services au-delà des frontières. Il est donc vital de développer des interfaces claires et bien documentées et de maintenir une culture d’amélioration continue pour créer des systèmes logiciels interopérables.

Utilisation des API pour connecter les systèmes

Les API jouent un rôle essentiel dans l’interopérabilité en facilitant l’interaction entre différentes bases de données et applications grâce au transport de métadonnées. Adopter des standards et protocoles tels que SAML et OAuth est essentiel pour l’interopérabilité en gestion des identités et des accès, permettant une authentification et autorisation sécurisée à travers différentes plateformes.

Pour une stratégie d’interopérabilité efficace, il est crucial de se conformer aux standards industriels, de s’assurer d’une conception cohérente des API, et de conduire des tests exhaustifs incluant la compatibilité et les tests de charge. En somme, l’utilisation des API est un outil clé pour connecter les systèmes et favoriser l’interopérabilité.

Intelligence artificielle et traitement automatique des données

Outre les API, l’intelligence artificielle et le traitement automatique des données sont également des technologies émergentes qui concurrencent les processus traditionnels d’indexation de documents, tels que la LAD, l’OCR et la RAD. L’interopérabilité sémantique est cruciale pour assurer que les informations échangées soient comprises par toute autre application sans nécessiter de traduction. De plus, utiliser XACML dans une solution de gestion des identités et des accès améliore l’interopérabilité et l’adhérence aux exigences de conformité en offrant un cadre pour définir des politiques de sécurité complètes.

L’indexation par RPA (Robotic Process Automation) implique l’utilisation d’un robot logiciel capable de croiser les référentiels de données entre eux pour une meilleure interopérabilité. En somme, l’intelligence artificielle et le traitement automatique des données jouent un rôle significatif pour favoriser l’interopérabilité.

Mise en place de stratégies d'interopérabilité

Mettre en place des stratégies d’interopérabilité n’est pas une tâche facile. Elle nécessite une organisation des activités et des procédures nécessaires pour atteindre les résultats souhaités. Une stratégie d’interopérabilité réussie nécessite une résolution efficace des problèmes pour minimiser les efforts et maximiser l’efficacité.

Les stratégies doivent inclure des méthodes permettant de gagner du temps et de réduire les coûts lors de l’examen des options stratégiques et tactiques. Dans les organisations, une stratégie d’interopérabilité efficace peut nécessiter de comprendre la double perspective métier et informatique en gérant les Systèmes d’Information et de Connaissance (SIK).

Planification et gouvernance

La mise en place d’une planification stratégique, comprenant la gouvernance des systèmes d’information et l’alignement avec les processus d’affaires, est essentielle pour le succès de l’interopérabilité.

Les tests d’interopérabilité systématiques et le monitoring continu sont indispensables pour garantir la compatibilité et le fonctionnement fluide des systèmes intégrés.

Formation et développement des capacités

Instaurer une culture d’apprentissage continu et de flexibilité est essentiel à la planification stratégique des systèmes interopérables. La formation des employés et le développement des compétences nécessaires pour gérer les systèmes interopérables comprennent une documentation complète, l’adhésion aux normes, des pratiques de test robustes et la mise en forme de ces connaissances.

En résumé

En résumé, l’interopérabilité est la clé de voûte de la communication et de la coopération entre les systèmes informatiques modernes. Malgré ses défis, tels que les différences culturelles et linguistiques, la complexité technique et la compatibilité des équipements, l’interopérabilité offre de nombreux avantages. Elle améliore la coordination des soins de santé, facilite la circulation de l’information au sein de l’UE, et renforce la gouvernance des systèmes d’information. À travers des outils tels que les API et l’intelligence artificielle, et grâce à une mise en œuvre sécurisée respectant la vie privée, l’interopérabilité est plus qu’une simple avancée technologique. C’est une nécessité pour le fonctionnement fluide des systèmes d’information modernes.

 

-> En découvrir plus sur l'interopérabilité Enreach

 

Questions fréquemment posées

Qu'est-ce que l'interopérabilité dans le contexte des systèmes d'information ?

L'interopérabilité fait référence à la capacité des systèmes d'information de communiquer et de travailler ensemble de manière efficace, en échangeant des données et en exécutant des services de manière cohérente, quelles que soient les différences techniques ou organisationnelles.

Pourquoi l'interopérabilité est-elle importante pour l'Union européenne ?

Elle est essentielle pour permettre la collaboration entre les États membres, améliorer l'efficacité des services publics, et soutenir le marché unique numérique en facilitant la libre circulation de l'information.

Quels sont les principaux défis de l'interopérabilité ?

Les défis incluent la gestion de la diversité des systèmes existants, la surmonte des barrières linguistiques et culturelles, l'alignement sur des standards communs, et la protection de la vie privée et des données personnelles.

Comment l'Union européenne soutient-elle l'interopérabilité ?

L'UE établit des cadres juridiques et techniques, tels que le règlement eIDAS et la directive INSPIRE, et soutient des initiatives telles que l'ESAP pour promouvoir et faciliter l'interopérabilité entre les États membres.

Quel rôle jouent les API dans l'interopérabilité ?

Les API sont des interfaces qui permettent la communication entre différents systèmes informatiques, facilitant ainsi l'échange de données et l'intégration de services